• Accueil
 
TV-Radio résultats de votre recherche
ID Notice CPB91012508
Titre propre Et pourtant, la guerre est finie
Titre collection Les années algériennes
Chaîne de diffusion Antenne 2
Date de diffusion 08/10/1991
Jour mardi
Statut de diffusion Première diffusion
Heure de diffusion 20:52:35
Heure de fin de diffusion 21:44:50
Durée 00:52:15
Thématique Histoire
Genre Documentaire
Type de description Emission simple
Générique REA,Favre Bernard ; JOU,Brasey Edouard ; JOU,Moreira Paul ; AUT,Stora Benjamin ; PAR,Cherki Alice (Algéroise -Psychanaliste) ; PAR,Barbier Michèle (Algéroise - Ecrivain) ; PAR,Person Suzanne (Algéroise - Horticultrice) ; PAR,Averseng Jack (ancien maire d'El Affroun) ; PAR,Sorensen Jean Pierre (Algérois - négociant en vins) ; PAR,Guidicelli Sébastien (Psychiatre) ; PAR,Robert Charlie (Charcutier) ; PAR,Farkas Jean Pierre (Journaliste) ; PAR,Barthe Jacques (Médecin) ; PAR,Linne Jean Marie (Appelé - retraité) ; PAR,Perrault Gilles (Appelé - Ecrivain) ; PAR,Ribes Jean Paul (Porteur de valises - Journaliste) ; PAR,Benassayag Maurice (Oranais - Ancien secrétaire d'Etat) ; PAR,Maillard de la Morandais Alain (Appelé - Prêtre) ; PAR,Castoriadis Cornelius (Philosophe) ; PAR,Vansteenkiste Roger (Appelé - retraité) ; PAR,Lallaoui Mehdi (Conseiller municipal en France) ; PAR,Lallaoui Kader ; PAR,Kettane Nacer (Président de Radio Beur - Médecin) ; PAR,Lakhdar Hamina Mohammed (Réalisateur de films) ; PAR,Sebbar Leïla (Ecrivain) ; PAR,Aichoune Farid (Journaliste) ; PAR,Wormser André (Président comité National pour les Français Musulmans- Banquier) ; PAR,Kettou Kader (Fils de Harki)
Descripteurs histoire ; France ; Algérie ; Guerre d'Algérie ; société ; armée ; engagement politique ; Pied noir ; musulman ; rapports humains (français d'Algérie-algériens) ; témoignage ; document d'archives ; Harki ; souvenir ; colère ; immigration ; intégration ; libération ; départ ; indépendance ; exil ; rapatrié ; décolonisation ; révolte ; immigré ; jeunesse ; banlieue
Descripteurs secondaires fantasme ; Arabe ; racisme
Résumé documentaire Quatrième et dernière partie du documentaire sur "les années Algériennes" qui traite de la période de 1962 à nos jours. Cette émission est composée essentiellement de témoignages et d'archives sur la fin de la guerre, le départ des pieds-noirs, le problème de l'immigration aujourd'hui en France et la non intégration des Harkis dans la société française. C'est dans ce passé trop longtemps occulté, car considéré comme honteux, que l'on peut trouver les racines des troubles et des évènements qui ont lieu aujourd'hui en France et en Algérie.
- Dans un climat de violence entretenu par l'OAS, les pieds-noirs quittent l'Algérie :
- ALICE CHARKI parle du désarroi qu'elle a ressenti devant leur départ
- Un vieux couple de pieds-noirs demeuré en Algérie après l'indépendance explique qu'ils sont Algériens-Français et sont chez eux..(archive).
- MICHELE BARBIER se souvient des sentiments violents qu'elle a ressentis à son arrivée en France.
- SUZANNE PERSON évoque les difficultés de son installation sur sa nouvelle terre dans le Midi de la France.
- JACK AVERSENG raconte qu'il continua à exercer son mandat de maire après l'indépendance jusqu'au moment où le drapeau français fut enlevé. Puis il dut quitter l'Algérie.
- JEAN PIERRE SORENSEN explique qu'en tant que négociant en vin : "on exportait, on était bien vu" il a pu rester encore 5 ans et a du fuir ensuite.Il est très ému.
- SEBASTIEN GUIDICELLI remarque que les rapatriés se sont mêlés aux différentes tendances politiques déjà existantes.Le départ des dernières troupes d'Algérie eut lieu le 15 juin 1964.
- Interviews d'une étudiante,d'un étudiant : ils parlent de leurs pères soldats en Algérie.
- CHARLIE ROBERT,devenu charcutier, confie qu'il ne peut pas parler de cette guerre et JEAN PIERRE FARKAS s'interroge sur ce silence .
- JACQUES BARTHE, JEAN MARIE LINNE évoquent les raisons qui les poussaient à ne pas parler de cette guerre : "Il y a eu beaucoup d'aberrations que la morale condamne automatiquement".
- Document : Mai 68
- GILLES PERRAULT, accusé par ses fils "d'avoir fait le SS en Algérie", parle de sa culpabilité.Il aurait pu faire le bon choix...
- JEAN PAUL RIBES estime que les adversaires d'hier sont aujourd'hui réconciliés.
- MAURICE BENASSAYAG (qui n'arrive pas à comprendre le racisme anti-maghrébin) et ALAIN DE LA MORANDAIS parlent de l'hostilité qui existe entre les Algériens et les Français, des fantasmes véhiculés par rapport à l'Arabe et qui entraînent le racisme. ll y a "un couteau " entre eux, remarque CORNELIUS CASTORIADIS.Intervention de Jean Pierre Farkas.
- ROGER VANSTEENKISTE explique que ce sont ses enfants qui ne veulent pas entendre parler de cette guerre, car ils n'aiment pas les "bougnouls".
- Des étudiants de Paris VIII, des lycéens de Vaulx en Velin,une famille algérienne, MEHDI LALLAOUI (conseiller municipal) et son père KADER LALLAOUI, tous issus de l'immigration, témoignent de la difficulté de l'intégration et évoquent le conflit entre les générations. Ce sujet est abordé aussi par NACER KETTANE : "nous sommes les enfants légitimes de deux histoires illégitimes qui s'affrontent".Doc.J.T. du 8 octobre 1988:émeutes à Alger et à Oran.
- MICHELE BARBIER,qui est retournée en Algérie en 1988 et qui a constaté que "ce n'était plus son histoire", et MOHAMMED LAKHDAR HAMINA donnent leur point de vue sur les évènements d'Octobre 1988 en Algérie:la révolution algérienne a été trahie;les jeunes ne s'intéressent pas à la guerre de libération,le socialisme sauvage a détruit le pays.Doc.d'archives:Vaulx en Velin.Témoignage d'un lycéen.LEILA SEBBAR et FARID AICHOUNE rappellent le contexte actuel de ségrégation qui peut expliquer les révoltes des jeunes dans les banlieues.Témoignages d'un étudiant noir,puis d'un étudiant blanc. La dernière partie nous met en présence d'étudiants indignés. JACK AVERSENG se souvient des massacres de harkis à la libération et ANDRE WORMSER explique que la société française les a condamnés en leur collant cette étiquette de traîtres.Interviews de fils de harkis au camp de Bias (1990),d'un ancien harki : tous demandent une reconnaissance historique. KADER KETTOU dit sa colère par rapport au cynisme des pouvoirs publics "qui ont soustrait notre communauté à la société".Autres interviews de fils de harkis au camp de Bias (reportage en avril 1991).Narbonne,juin 1991 : témoignages de harkis.
Dispositifs DP des rues de Marseille et Paris en 1991

- DP du camp de Bias en Novembre 90
Société de programmes Antenne 2
Nature de production Coproduction
Producteurs Producteur, Bry sur Marne : INA Entreprise, 1991 ; Producteur, Paris : Taxi Production, 1991 ; Producteur, Paris : Antenne 2, 1991
Base Archives TV Pro