• Accueil
 
TV-Radio résultats de votre recherche
ID Notice 6436080.001
Titre propre Criminels de guerre : la longue traque
Titre collection Complément d'enquête
Chaîne de diffusion France 2
Date de diffusion 09/05/2019
Jour jeudi
Statut de diffusion Première diffusion
Heure de diffusion 22:49:29
Heure de fin de diffusion 23:58:07
Durée 01:08:38:00
Thématique Information
Genre Magazine ; Reportage ; Interview entretien
Type de description Emission composite
Générique REA,Lallemant Philippe ; PRE,Cardoze Jacques ; PAR,Bectrarte Clémence (avocate de la FIDH) ; PAR,Garrido Raquel (exilée chilienne)
Descripteurs Syrie ; Espagne ; guerre ; conflit ; dictature ; régime militaire ; victime ; torture
Chapeau Jacques CARDOZE présente l'émission d'aujourd'hui qui est consacrée aux criminels de guerre, depuis le Champ de Mars, à Paris, devant le mur de la paix.
Résumé producteur [Source iMedia]

Sommaire :
- Mon voisin, ce bourreau
Le 12 février dernier, trois anciens officiers de Bachar El-Assad, soupçonnés d'actes de torture, ont été arrêtés en France et en Allemagne. Ils seraient aujourd'hui plusieurs dizaines de bourreaux syriens disséminés un peu partout en Europe, responsables de centaines de crimes. Où sont-ils ? Vont-ils répondre de leurs crimes ?
- Les oubliés d'Espagne
Début mars, les restes de la journaliste française Renée Lafont, fusillée en 1936 pendant la Guerre d'Espagne, ont été formellement identifiés. De l'autre côté des Pyrénées, plus de 100 000 victimes de la répression franquiste reposent encore dans des fosses communes que le gouvernement essaye d'exhumer. Depuis cette découverte, les scientifiques ont retrouvé l'une de ses proches : la présentatrice, Maitena Biraben.
Sommaire
1. [Plateau extérieur : 1ère partie]
à 22:49:29:00 - 00:02:02:00

2. Mon voisin, ce bourreau
à 22:51:31:00 - 00:31:14:00
Thomas Lelong; Salah Agrabi; Christophe Kenck. - France Télévisions
Reportage consacré aux criminels de guerre du régime syrien de Bachar El-Assad, criminels qui s'installent en Europe comme des simples réfugiés syriens, et à l'impunité dont ils bénéficient. En introduction au sujet, l'interpellation d'Abdulhamid Chaban, ancien soldat de Bachar el-Assad, le 12 février 2018, à Asnières-sur-Seine, dans les Hauts-de-Seine. La justice française lui reproche des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité commis à Damas entre 2011 et 2013. Ensuite, les journalistes suivent la trace, tout au long du document, de Khaled Al Halabi, ancien général syrien soupçonné de torture. Après quelques rencontres, les journalistes découvrent que cet homme était à la tête de la branche des renseignements sur la sécurité d'Etat de Raqqa, et il est impliqué dans les arrestations de masses, de torture, et des viols. Grâce au travail de collecte de documentation et des preuves du massacre en Syrie de Bill WILEY, chef de la CIJA, de Nadim HOURY dont des photographies des cadavres torturés et morts de faim dans les prisons du régime, photographies prises par un ancien photographe de la police militaire syrienne, et des vidéos filmées en Syrie, et au témoignage de Mouaz, réfugié syrien, les journalistes ont la preuve du recours à la torture dans la prison de Khaled Al Halabi. A la fin du reportage, les journalistes finissent par prendre contact, d'abord par mail, ensuite, par téléphone, avec Khaled Al Halabi qui nie toutes ces accusations. Khaled Al Halabi fait une première demande d'asile à la France, en 2014, où grâce à l'aide d'un professeur d'université s'installe à Seine Saint Denis. Sa demande finit par être rejetée le 29 décembre 2017. Il n'attend pas la réponse de la France qu'il part à Vienne, en Autriche, en juin 2015, où six mois après obtient l'asile politique, grâce à l'appui des renseignements syriens.
Un commentaire sur des images d'illustrations, des images factuelles et des photographies de Caesar, surnom d'un ancien photographe de l'armée syrienne, de la CIJA et de l'organisation Human rights watch, alterne avec les interviews de Bill WILEY, chef de la CIJA (Center for international justice and accountability), de Stéphanie KRISPER, députée autrichienne du parti Neos, de Khattar ABOU DIAB, professeur à l'université Paris Sud, de Dahi AL MUSALMANI, ancien juge à Deraa, en Syrie, à propos de son fils, âgé de 14 ans, arrêté et torturé, par le régime syrien et qui a succombé sous la torture, de Mouaz, réfugié syrien, de Khaled Al HALABI, ancien général à la tête de la branche des renseignements sur la sécurité d'Etat de Raqqa, en Syrie, et de Nadim HOURY, directeur du programme terroriste et lutte antiterroriste Human rights watch.

3. [Plateau extérieur invitée : Clémence Bectarte : 2ème partie]
à 23:22:45:00 - 00:06:39:00
Interview de Clémence BECTARTE, avocate de la Fédération internationale des droits de l'homme, spécialiste du dossier syrien, à propos des victimes du régime syrien de Bachir El Assad réfugiés en Europe, de Khaled AL HALABI, ancien général à la tête de la branche des renseignements sur la sécurité d'Etat de Raqqa, en Syrie, des milliers de suspects qui se sont introduits dans la vague de réfugiés syriens, de Caesar, surnom d'un ancien photographe de l'armée syrienne qui, en juillet 2014, a témoigné devant le Congrès des États-Unis, présentant certains de ces clichés des cadavres torturés et morts de faim dans les prisons du régime, et de l'enquête française.

4. Les oubliés d'Espagne
à 23:29:24:00 - 00:21:31:00
Guillaume Couderc; Guillaume Beaufils; Alejandro Vila
Reportage consacré aux disparus espagnols, victimes du franquisme. L'Espagne compte encore plus de 130 000 disparus. Les familles des victimes réclament vérité et justice, en Espagne, mais aussi, en France. Ce document commence avec une fouille donnant lieu à l'exhumation des corps de personnes exécutées. Les journalistes suivent des descendants de réfugiés espagnoles et des Français qui ont rallié les Républicains pendant la guerre. A Cordoue, en Andalousie, Patricio HIDALGO, pharmacien, historien amateur, découvre aux archives du palais de justice l'acte de décès de Renée Lafont, journaliste française, le 1er septembre 1936. Il mène son enquête sur le dernier jour de vie de Renée Lafont, 1ère femme reportere tuée sur un terrain de guerre, abattue dans le cimetière de Nuestra senora de la salud, à Cordoue, puis jetée dans la fosse commune. En février dernier, le site a été fouillé et ses restes ont été exhumés. Pour identifier les restes exhumés, les spécialistes ont besoin de comparer l'ADN avec celui des descendants. Les journalistes partent à la rencontre d'une de ses descendantes à Paris, Maïtena BIRABEN, journaliste, qui se rend à Cordoue et rencontre Rafael et Pablo, membres de l'association mémorielle Aremehisa qui veut rendre hommage aux victimes du franquisme et à tous ses disparus. Ils montrent à Maïtena la tombe du général franquiste Ciriaco Cascajo, responsable militaire dans la province de Cordoue, et tous les documents qu'ils ont collecté de Rénée Lafont, des lettres, des livres... Dans un second temps, les journalistes partent à la rencontre d'une fratrie, petits enfants de Républicains espagnols, qui partent à Solana, en Ciudad Real, sur les traces de leurs grands-parents disparus pendant la guerre civile espagnole. Dans le cimetière de Solana, ils se rendent devant la fosse commune où leur grand-père serait enterré après avoir être fusillé. Dans l'ancienne rue où habitait son grand-père, ils cherchent parmi les voisins quelqu'un qui l'aurait connu. 80 ans après la guerre civile espagnole, l'Espagne reste profondément meurtrie et divisée sur sa mémoire.
Un commentaire sur des images d'archives et des images factuelles alterne avec les interviews d'Alejandro VILA, coordinateur des exhumations chez Arqueo antro, de Marisol SCHWAB, anthropologue, de Patricio HIDALGO, pharmacien, historien amateur, de Maïtena BIRABEN, journaliste, de Dolores et Jean GONZALEZ, petits-fils de Républicains espagnols, de Rafael ESPINO, membre de l'association mémorielle Aremehisa", de Dolores GONZALEZ, petite fille de Républicains espagnols, et du patron d'un bar qui rend hommage au dictateur Franco.

5. [Plateau invitée : Raquel Garrido : 3ème partie]
à 23:50:55:00 - 00:07:12:00
Interview de Raquel GARRIDO, avocate, chroniqueuse, fille d'exilés chiliens, au musée de l'homme, où il y a lieu l'exposition de Sebastiao Salgado, à propos de l'histoire de sa famille sous la dictature au Chili. Ses parents, après avoir été emprisonnés à cause de leurs idées politiques, ont fui le pays en 1975. Deux de ses tantes se sont exilées au Danemark, l'une d'elles avait été livrée avec des camarades de classe par le proviseur de leur lycée de Valparaíso aux milices de Pinochet. En fin d'interview, elle parle du devoir de mémoire.
Lieu d'enregistrement Champ de Mars, Paris
Société de programmes France 2
Nature de production Production propre
Producteurs Producteur, Paris : France Télévisions, 2019
Extension géographique National
Couleur Couleur
Doc. d'accompagnement Dossier de presse;Fiche technique
Sélection DL O
Numéro DL CL T 20190509 FR2 00h
Base Dépôt Légal TV
Fonds France 2 Production
Titre matériel [Journée de captation FR2 du 09 mai 2019]