• Accueil
 
TV-Radio résultats de votre recherche
ID Notice PHD98032190
Titre propre Les caravanes : caravanes du Tibesti : 3ème partie
Titre collection Nuits magnétiques
Chaîne de diffusion France Culture
Date de diffusion 25/12/1985
Jour mercredi
Date d'enregistrement 11/12/1985
Statut de diffusion Première diffusion
Heure de diffusion 10:00:00
Heure de fin de diffusion 10:50:17
Durée 00:50:17
Thématique Ethnologie
Genre Documentaire
Type de description Emission simple
Générique REA,Milovanoff Jean Pierre ; REA,Chapoullié Anne Marie ; PRO,Veinstein Alain ; PRO,Adler Laure ; PRO,Milovanoff Jean Pierre ; PAR,Brandily Monique
Descripteurs désert ; femme ; chant ; transport ; nomade ; Tchad
Descripteurs secondaires Tibesti ; Sahara
Résumé documentaire Les caravanes du Tibesti dans le désert au nord du Tchad.
- CD A ;
- Plage 1 : chant. Série sur les caravanes : "caravanes du Tibesti". Emission d'Anne Marie CHAPOULLIE et Jean Pierre MILOVANOFF. Commentaires sur fond musical de MILOVANOFF sur les Toubous. C'est la population du Tibesti, au nord du Tchad. Les Tedas ou Toubous vivent en perpétuels déplacements dans leurs montagnes, soit loin de chez eux, dans les petites caravanes qui relient leur haute vallée à Faya-Largeau ou aux oasis du Niger et de la Libye. Il relate l'histoire que racontent les Tedas. Récit. ;
- A 02'50'' : Monique BRANDILY, du Musée de l'Homme, explique que le Tibesti est le plus haut des massifs sahariens. Sa situation géographique. ;
- A 03'30'' : musique. ;
- A 04'10'' : les habitants du Tibesti, du massif, sont les Tedas. Ils ont des familles nombreuses établies au Niger et dans les grandes oasis du sud de la Libye. Ils sont étalés sur 3 pays après les frontières coloniales. Musique en fond sonore. ;
- Plage 2 : les Tedas du Tibesti ont une civilisation qui leur est propre. On confond parfois les différents peuples sahariens car ils sont tous musulmans et sont vêtus de façon assez voisine, à l'exception du turban. Leur langue. Les relations avec les Touaregs sont de tous temps des relations d'affrontements parce que Les uns et les autres visaient les mêmes caravanes pour les piller. Le mode de vie est assez proche, mais les langues sont très différentes. ;
- A 01'15'' : le haut massif du Tibesti se dresse au milieu du désert. Ce massif semble impossible d'accès. ;
- A 02'23'' : l'ensemble est constitué de hauts plateaux. C'est volcanique, noir et caillouteux. Il y a de grandes différences de température entre la nuit et le jour. C'est creusé de failles profondes qui sont les vallées au fond desquelles on trouve les palmeraies. Les villages sont à côté des palmeraies. Description des villages.;
- A 04'05'' : chant. ;
- Plage 3 : il n'y a pas beaucoup de chefs dans cette population. Il y avait des chefs avant la colonisation quand il y avait des expéditions guerrières pour capturer des captifs ou des chameaux. Ces gens sont extrêmement libres les uns par rapport aux autres. ;
- A 00'44'' : musique. ;
- A 01'16'' : elle explique que cette société est difficile à recenser car ces gens bougent sans arrêt. Les différents lieux où ils sont répartis. On compte environ 10.000 à 12.000 personnes dans le Tibesti. Les mêmes familles ont des représentants dans des endroits très différents. Ils sont environ 100.000 en tout. ;
- A 02'17'' : chant. ;
- A 02'56'' : le seul moyen, pour se déplacer, jusqu'à une époque récente était de le faire avec des chameaux. Ces caravanes étaient en fait assez peu nombreuses, jusqu'à 10 personnes. Les déplacements qu'elle a faits en chameaux. ;
- Plage 4 : chant. ;
- A 01'35'' : pourquoi on part en caravane dans ces espaces désertiques et difficiles ? Description de ces voyages. ;
- A 02'35'' : chant de mariage enregistré par Monique BRANDILY. Le journaliste explique ce qui se passe lors de ce chant. ;
- A 04'10'' : elle explique que les petites caravanes de 10 personnes ont lieu toute l'année, sauf mars-avril à cause des vents de sable. On voyage de préférence en hiver car c'est moins pénible et en été on va dans les villages car c'est la période de récoltes de dattes. ;
- A 04'58'' : enregistrement fait sur place et chant.;
- Plage 5 : elle explique que souvent on fait une halte à l'heure la plus chaude sous des arbres épineux. On s'arrête pour boire le thé. Pour la halte De la nuit, on décharge les chameaux. On les installe en demi-cercles ce qui fait un abri contre le vent. Au cours de ces haltes, on chante ou on joue des instruments à cordes. ;
- A 01'03'' : musique.;
- A 01'53'' : elle explique que les caravanes se font par affinité. Les gens qui voyagent le plus sont les jeunes gens. Musique en fond sonore. Les femmes voyagent aussi. Selon les personnes faisant partie de la caravane, les comportements en ce qui concerne la musique ne sont pas les mêmes. Les villages sont essentiellement le domaine des femmes et la brousse plutôt celui des hommes. Les comportements musicaux sont conditionnés par la condition de celui qui chante ou joue mais aussi par la condition de ceux qui l'entendent. Les hommes ne chantent pas dans les villages, mais au cours des déplacements en brousse sauf si de vieilles femmes voyagent avec eux. ;
- A 03'40'' : musique. ;
- A 04'09'' : sur ce chant, MILOVANOFF traduit le texte entendu. ;
- Plage 6 : traduction du texte. ;
- A 01'06'' : elle explique pourquoi on chante autant en voyage. Les différents types de chants de voyage. ;
- A 02'34'' : chant. ;
- A 03'55'' : on ne chante qu'en soliste. ;
- Plage 7 : les chants des femmes avec une soliste qui improvise en partie. Leur langue n'est pas écrite. Les hommes chantent toujours en solo. La participation des compagnons de route se fait sous forme de Cris d'encouragements, destinés aux chanteurs et aux chameaux. On considère que les chameaux marchent mieux quand quelqu'un chante. ;
- A 02'06'' : chant. ;
- A 02'27'' : sur fond musical, elle explique que l'on chante en marchant pour encourager le chameau, faire passer le temps. Mais, c'est à l'étape que l'on fait le plus de musique. Les selles de chameaux des gens du Tibesti ne sont pas du tout confortables à la différence des selles touaregs. On joue du luth à deux cordes à l'étape. Cet instrument a, entre autres, un rôle de communication avec les animaux de la brousse. Sur la légende qui veut que cela fasse danser la hyène. ;
- A 03'56'' : musique. Commentaires de MILOVANOFF sur l'air entendu. ;
- Plage 8 : sur ce fond musical, elle explique que ce luth reste très utilisé même dans les bouleversements de la guerre civile. ;
- A 00'36'' : musique. ;
- A 00'55'' : l'époque de la vie préférentielle pour un garçon, pour faire de la musique, est entre la circoncision jusqu'au mariage. La musique est liée au déroulement de la vie sexuelle des individus. Il y a beaucoup de devinettes chantées. Elles sont transmises par les femmes et utilisées par les jeunes enfants qui très jeunes vont seuls en brousse avec quelques poignées de datte et gardent les chameaux. Ce sont des chants élémentaires sur le plan mélodique, mais qui comportent des devinettes, qui concernent souvent les animaux. Exemples. ;
- A 03'48'' : chant d'enfant.;
- A 04'03'' : elle explique que les jeunes garçons se réunissent à plusieurs pour pousser l'oiseau vers le piège. Il y a des chants particuliers pour chaque oiseau. ;
- A 04'36'' : chant de l'enfant. ;
- Plage 9 : sur ce fond sonore, MILOVANOFF parle de la vielle du Tibesti. On ne l'emporte pas en voyage, en brousse. Elle risquerait d'attirer les esprits mauvais sur la caravane. Une légende est à l'origine de cet interdit. ;
- A 00'24'' : elle raconte sur fond musical la légende de la vielle. Cet instrument n'est maintenant réservé que pour les hommes. Les femmes ne jouent d'aucun instrument de musique. Le chant est le domaine des femmes. L'instrument à cordes et le tambour est celui des hommes. ;
- A 02'30'' : musique. ;
- A 03'00'' : commentaires de MILOVANOFF sur le Tibesti verrouillé par les guerres civiles. ;
- A 03'11'' : elle explique que la population du massif du Tibesti souffre beaucoup de la guerre civile car elle vit actuellement en quasi autarcie. Il y a des palmeraies de dattiers sous lesquelles on cultive des jardins en carré comme c'est l'habitude dans le Sahara. Il y a quelques chèvres. La sécheresse qui assèche le Sahel a affecté aussi le Tibesti. ;
- A 04'40'' : chant. ;
- Plage 10 : lecture d'un texte par MILOVANOFF sur fond musical. ;
- A 02'00'' : chant d'enfants.
Société de programmes Radio France
Nature de production 01
Producteurs Producteur, Paris : Radio France, 1985
Extension géographique National
Base Archives Radio Pro
Fonds INA - Radio France