• Accueil
 
TV-Radio résultats de votre recherche
ID Notice 731002.001
Titre propre Kurt Hinzmann
Titre collection Les grands témoins de la télévision
Fonds Fonds captations volontaires INA
Date de diffusion 01/01/1999
Jour vendredi
Statut de diffusion Non diffusé
Heure de diffusion 00:01:00
Heure de fin de diffusion 02:46:40
Durée 02:45:39:06
Thématique Média
Genre Interview entretien ; Série ; Récit portrait
Type de description Emission simple
Générique REA,Froissant Dominique ; REA,Vincenti Arnaud ; PRE,Kubler Thierry ; PAR,Hinzmann Kurt
Descripteurs Seconde Guerre mondiale ; Occupation-époque ; Paris ; télévision ; chaîne de télévision (Fernsehsender Paris, Télé Paris) ; histoire ; nazisme ; directeur ; carrière professionnelle
Chapeau Dans ce volet de la collection "Les grands témoins de la télévision" enregistré en mai 1992, une équipe de l'INA interviewe Kurt HINZMANN, ancien directeur de "Fernsehsender Paris" sous l'occupation. En 1942, appuyé par Alfred Bofinger, directeur de Radio Paris, Kurt HINZMANN, alors officier de la Wehrmacht, est chargé par le commandement militaire allemand en France de créer une télévision à Paris pour distraire les blessés de guerre.
Résumé documentaire Sommaire de l'entretien :

[1934 - 1939 : DEBUTS PROFESSIONNELS EN ALLEMAGNE] :
- Kurt HINZMANN revient sur ses débuts en 1934 à la radio à Berlin en tant que rédacteur pour les "actualités du jour". Il évoque cette époque trouble et parle de ses rapports professionnels avec les nazis.
- En 1938, Kurt HINZMANN intègre la télévision berlinoise. Il y traite de l'actualité, réalisant des reportages, et s'initie au "maniement" de la caméra.
- Il revient brièvement sur l'invention de la télédiffusion, pour laquelle des épreuves sportives sont filmées pour la première fois aux Jeux Olympiques de 1936 à Berlin, et les images acheminées par cable.
- Il explique comment les reportages étaient réalisés techniquement à cette époque.
- Il revient sur la fermeture de l'émetteur de la télévison berlinoise le 25 août 1939 alors que le IIIème Reich s'apprête à lancer son offensive contre la Pologne.

[UNE TELEVISION POUR LES BLESSES DE GUERRE] :
- Courant 1940, la Télévision berlinoise retransmet dans des hôpitaux des spectacles de variétés.
- En juin 1941, Kurt HINZMANN est mobilisé dans une unité de propagande. Il est envoyé à Paris. Il y arrive le 22 juin.

[LA "TELEVISION DE PARIS"] :
- En juin 1940 : Le poste de télévision "Paris-PTT-Vision" doit, sur ordre des autorités militaires, qui prennent le contrôle de l'émetteur de la tour Eiffel, cesser ses émissions. L'émetteur 455 lignes est définitivement saboté par l'armée française deux jours avant l'entrée des troupes allemandes à Paris le 14 juin 1940.
- Mercredi 8 juillet 1942 : des techniciens allemands commencent à réparer l'émetteur de la tour Eiffel saboté par les Français. Ils l'équipent avec du matériel 441 lignes provenant de l'ancienne station de Berlin, qui a cessé d'émettre le 25 août 1939.
- Pourquoi les Allemands décident-ils de remettre en fonctionnement un émetteur de télévision à Paris, alors que celui de Berlin reste toujours hors service ? C'est une des conséquences indirectes de l'opération "Barberousse" (Barbarossa) : l'assaut, à compter du dimanche 22 juin 1941 de l'Union Soviétique par la Wehrmacht. Si l'avancée des troupes allemandes en Russie Soviétique fut très rapide jusqu'au début décembre 1941, l'hiver 1941-1942, puis le printemps 1942 furent très rudes pour les soldats allemands. Il y eut alors de nombreux blessés. De peur qu'ils ne démoralisent la population, les trains sanitaires spéciaux les transportèrent directement du front russe à Paris, où ils furent soignés dans des hôpitaux civils. Après deux ou trois semaines de convalescence à Paris, ces soldats de la Wehrmacht étaient enfin autorisés à aller voir leurs proches en Allemagne.
- C'est alors que Kurt HINZMANN, alors jeune officier, soumet en juin 1942 aux autorités militaires de Berlin l'idée de remettre en état l'émetteur de la télévision de la tour Eiffel pour distraire ces soldats allemands convalescents. Son idée est bien accueillie, et ces dernières lui donnent tous les moyens humains, financiers et techniques pour mener à bien son projet.
- Il installe ses locaux dans un dancing désaffecté du 7ème arrondissement "le Magic-City" et récupère l'immeuble mitoyen, rue Cognac-Jay, pour y installer les services administratifs.
- En mai 1943, les studios sont prêts : "Fernsehsender Paris" commence à diffuser des programmes télévisés expérimentaux pendant deux heures par jour (de 19H00 à 21H00) depuis les studios minuscules du 12 cité Martignac, mais "pas de programmes politiques". La ritournelle de début et de fin des programmes est celle de la chanson "Sur le pont d'Avignon", interprétée par la fanfare de Pierre Cadel. Deux caméras électroniques assurent les prises de vue en direct.
- 30 septembre 1943 : inauguration officielle de "Fernsehsender Paris". Désormais la station émet huit heures par jours, puis douze heures à partir de janvier 1944. En fait entre deux programmes réellement télévisés la station diffusait la mire à la tour Eiffel (de 12h00 à 14h15, puis de 17h00 à 19h00, puis enfin de 22h00 à 24h00) en reprenant le son de radio-Berlin. Ces émissions quotidiennes dureront jusqu'au 12 août 1944.
- Kurt HINZMANN explique qu'à l'époque il se moquait des opinions des gens qu'il embauchait pour faire de la TV. Howard Vernon, en 1943, y fait ses débuts de comédien, Joane Langenegger, anarchiste berlinois, s'y fait embaucher, ainsi qu'un certain nombre de ses amis anarchistes. Il est chargé du recrutement des intermittents.
- Kurt HINZMANN commente de actualités allemandes de 1944, où l'on voit la foule frapper des prisonniers anglo-américains, en fait des gens embauchés.
- Kurt HINZMANN précise qu'il n'avait pas que des amis à Berlin. Tout le monde avait intérêt à ce que ça marche. L'état d'esprit était le même que si on travaillait pour des milliers de personnes, tous étaient mordus. Les gens pensaient que les personnels étaient des collaborateurs parce qu'ils étaient rémunérés par les Allemands. Les véritables vedettes, Mistinguett, Chevalier ont toujours refusé de faire des émissions.

[LA FIN DE "FERSEHSENDER PARIS"] :
- Le 12 août 1944 à 23H30 "Fernsehsender Paris" interrompt définitivement ses émissions.
- Le 17 août 1944 : Kurt HINZMANN reçoit du haut commandement militaire allemand de Paris l'ordre de faire immédiatement sauter l'émetteur télévision de la tour Eiffel. Il refuse d'obéir à cet ordre, qu'il juge stupide et inutile pour retarder l'avance des Alliés sur Paris. Grâce à ce geste la France pourra reprendre ses programmes télévisés dès le 24 mars 1945.
- "Quand je suis parti, des gens sont venus me serrer la main. La résistance m'a même proposé de rester à Paris".
- Le 19 août 1944, Kurt HINZMANN et cinq autres Allemands travaillant à "Fernsehsender Paris" quittent discrètement Paris pour se réfugier à Saint-Dié dans les Vosges.

[RETOUR A COGNACQ JAY] :
- A la fin de l'enregistrement, Kurt HINZMANN visionne des programmes supposés de "Fernsehsender Paris", puis retourne dans les locaux de la rue Cognacq Jay.
Société de programmes Divers
Producteurs Producteur, Bry sur Marne : Institut national de l'audiovisuel, 1992
Extension géographique National
Couleur Couleur
Sélection DL O
Numéro DL DO T 19970101 DIV 001.001
Base Autres Fonds
Chaîne de diffusion Divers fonds vidéo
Titre matériel Kurt Hinzmann